Logo du site Pepan.be

La plateforme en ligne pour l'adoption
de chiens et chats en Belgique et de manière sûre.

Sans ces chiens et chats, la guerre 1914-1918 aurait probablement fini autrement

Cliquez ici pour accéder aux annonces de nos chats et chiens disponibles

À l’heure où cet article est publié, nous fêtons le 100ème anniversaire de l’Armistice, jour en lequel la première guerre mondiale cessa. Nous n’en parlons que très peu mais durant cette guerre, des chiens ont eus des rôles très importants ! L’équipe Pepan vous a donc rédigé un article dans lequel nous présenterons quelques chiens qui ont sauvés des milliers de gens et ont été d’une importance cruciale durant la guerre.
 

Stubby, le premier chien à avoir été promu au grade de « sergent »

Stubby, ce chien sans pedigree qui est rentré dans l’Histoire s’est brillamment distingué durant la guerre. Parmi ses plus belles esbroufes, il avait réussi à détecter et capturer un espion ennemi, donnant un avantage considérable aux français.

Il avait aussi la capacité d’entendre les obus avant que ceux-ci n’atterrissent, il prévenait ainsi les soldats alliés en aboyant, ce qui a prévenu d'énormément de potentiels blessés. Ce valeureux chien apportait un soutien psychologique aux soldats par sa seule présence.
 

Satan, ce chien messager qui a pu sauver une ville durant la guerre

Une histoire émouvante. Une bataille faisait rage à Verdun en France, la ville était encerclée par les soldats ennemis. Les soldats alliés dans la ville étaient à bout et sur le point de se rendre lorsque ceux-ci aperçurent une tâche noire à l’horizon. Au fur et à mesure que cette tâche noire approchait, on remarquait qu’il s’agissait d’un chien portant un message qui arrivait à toute allure. Sautant par-dessus les trous d’obus, zigzaguant à vive allure afin d’éviter les balles et possédant un masque à gaz pour ne pas respirer de gaz moutarde, certains soldats alliés décrivaient la scène comme s’il s’agissait d’un chien qui volait littéralement et que l’animal avait des ailes !

Alors que le chien était presque arrivé à Verdun, il fut blessé par l’ennemi et n’avait désormais plus que trois pattes.

Le maître de ce chien se trouvait à Verdun et lorsqu’il vit son chien, il l’appela, le suppliant de tenir bon. Le chien entendit les cris de son maître, se releva sur ses trois pattes et courra de nouveau tant bien que mal. Le maître, tandis qu’il appelait son chien, fut frappé par des balles ennemies et quitta ce monde devant les yeux de son pauvre chien… L’animal réussit malgré tout à atteindre Verdun.

Le message qu’il portait disait : « Pour l'amour de Dieu, tenez bon ! Des troupes seront envoyées pour vous soulager demain. ». La ville fut sauvée le lendemain grâce aux pigeons messagers que le chien amena au péril de sa vie. Le nom de ce chien était Satan.

Après cette histoire, le mystère plane encore sur ce qui lui est arrivé par la suite. Certains soldats racontent qu’il quitta ce monde avec son maître peu de temps après.

 

Pitouchi, un adorable chat qui a sauvé un homme dans les tranchés

Pitouchi était un chaton belge adopté par le lieutenant Lekeux. Alors qu’il espionnait l’ennemi avec son fidèle compagnon sur son épaule, celui-ci entendit des bruits de pas de trois soldats ennemis qui approchaient. Lekeux s’empressa de se cacher dans un trou mais trop tard. Il entendit les soldats dirent « il se cache dans le trou ! ». C’est alors que Pitouchi, le chaton, sorti du trou pour faire croire qu’il n’y avait personne.

Les trois soldats ennemis rigolèrent et partirent. Le lieutenant fut sauvé par l’intervention de son chaton et pu rentrer dans la base alliée sain et sauf et rapporter ce qu’il a pu espionner.

 

Enfin, une mention honorable à ces autres chiens qui ont été d’une importance capitale durant la guerre

Parmi eux, les « chiens de grâce ». En effet, ces chiens ayant pour maître la Croix-Rouge partaient sur le front dans les no-man’s land pour apporter des trousses de soin aux soldats blessés. Il leur arrivait aussi de compatir et se coucher aux côtés des soldats trop blessés qui vivaient malheureusement leurs dernières heures.

Article rédigé par L'équipe Pepan
Article publié le 11/11/2018
Article consulté 39 fois

Partager cet article sur vos réseaux sociaux